Dossier : Satanisme, messes noires, snuff movies…
février 17, 2012
0 comments
Share

Dossier : Satanisme, messes noires, snuff movies…

Un sujet horrible, mais qui me tient à cœur pour des raisons très personnelles… Alors accrochez vous ! On n’en sort pas indemne !  Et je vous fait un dossier sur ce qu’il se passe en France.

Dans ce dossier, je vais essayer d’être le plus impartiale possible, mais vous m’excuserez si j’ai quand même choisi mon camp, et que je n’adhère pas à la thèse officielle, qu’il n’y a pas de réseau pédo-sataniste !!!

DOSSIER 1 : L’affaire du petit Vincent. Aurez-vous le courage d’écouter la parole d’un enfant ?

Ce très jeune garçon a été interviewé par Stan maillaud .

Témoignage victime de pédocriminel 1/2 par JaneBurgermeister


Témoignage victime de pédocriminel 2/2 par JaneBurgermeister

DOSSIER 2 : Entrevue avec les enfants du magistrat Pierre Roche.

Le Magistrat Pierre Roche - Désolée pour la mauvaise qualité de l'image, assez rare sur le net.

Pour ce dossier, je vais déjà vous mettre des renseignements que j’ai eu sur les personnes qui sont cités… Ensuite, je vous mettrai la vidéo de l’entrevue.

A vous de vous faire un jugement.

 

Comment les médias ont traités l’affaire :

Billes DEBERNARDI du Dauphiné octobre 2004 a écrit :

Voir « le nombril de la femme d’un flic » suffisait au bonheur du regretté Brassens. On a fait mieux, depuis. Le vaudeville, désormais, se consomme à la sauce Internet. Sur ce site, créé tout exprès durant l’été 2000, c’est la femme d’un haut magistrat, Pierre R., qui expose ses charmes à la terre entière. Nue comme la vérité, elle y prend des poses suggestives. Quelques polaroïds crapoteux, et des légendes qui vont avec, présentent la belle comme une ancienne prostituée des bas quartiers de Draguignan.C’est là que Mireille S. aurait « racolé » puis séduit notre juge, l’arrachant à son foyer légitime. Vieux ressort comique que l’on re-trouve chez Feydeau et Labiche : un notable s’éprend d’une « cocotte »… Affaire privée, néanmoins. L’un garde sa robe, l’autre pas, un nouveau couple se forme aux marches du palais.Mais sa « respectabilité » ne tient qu’à un fil, lequel relie entre eux tous les ordinateurs de la pla-nète.

Des injures en guise d’éloge funèbre
Une plainte est naturellement déposée, d’autant que les photos de Madame se retrouvent bientôt à la une d’un magazine peu scrupuleux. Qui a bien pu télécharger sa vindicte d’aussi vile manière ? Le juge bafoué soupçonne Christiane L., sa première épouse et mère de ses deux enfants. Celle-ci lui aurait dérobé les fameux clichés dans son bureau, lorsqu’il était en poste à la cour d’appel de Rouen et que leur union durait encore. La suite… Parler de divorce « difficile » relève d’une douce litote. « Calamiteux » conviendrait mieux. Pierre R. veut aller jusqu’au bout: »Je sais d’où ça vient, ils vont le payer cher.  » Moyennant quoi il décède subitement, début 2003, en son domicile de Béziers. Cette mort naturelle n’éteint pas l’action de la justice (sa veuve continue les poursuites) ni les rancœurs accumulées. Au même moment, un deuxième site apparaît sur la toile, nourri par Charles-Louis, le fils du défunt, avec l’aide de sa sœur Diane. L’ensemble ne relève pas vraiment de l’éloge funèbre. Les enfants y traitent leur « géniteur » de tous les noms possibles:’ mari violent, père indigne, persécuteur pervers, magistrat véreux couvert par ses pairs… Textes, lettres et documents divers sont censés prouver la totale infamie du personnage : « Les années passées en sa compagnie furent, pour nous, une période de sévices traumatisante dont nous gardons encore les traces aujourd’hui.  »

Les enfants sonnent la charge
C’est pourtant Charles-Louis et sa mère, Christiane, qui comparaîtront prochainement devant le tribunal correctionnel de Mende, accusés d’avoir monté « l’opération internat ». Ce qu’ils nient farouchement, point par point. Au domicile de Christiane, perquisitionné de fond en comble, on a découvert une mèche de cheveux,, appartenant à sa rivale : »Mon mari me l’a donnée, en me quittant, pour me narguer !  » Trois témoins affirment avoir vu, entre ses mains, les’ photos du scandale bien avant leur diffusion internationale. Charles-Louis : « Ils mentent et ne sont pas crédibles. La femme de l’un d’entre eux a même eu une liaison avec mon père alors qu’elle était jurée aux assises !  »
Le fils, intarissable, dénonce une machination, une « instruction grand-guignolesque » menée par un fonctionnaire « qui dépend de la cour d’appel de Nîmes où notre père exerçait à la fin de sa carrière ». Ce père qui, jusqu’au bout, ne trouvera pas grâce aux yeux des siens : « Nous pensons que c’est lui qui a fait réaliser le site Internet sur sa deuxième épouse, dont il ne savait pas comment se défaire. C’est son style. Tous ses agissements, depuis toujours, constituent un magma pestilentiel.  » Pour faire bonne mesure,. Charles-Louis et Diane ont écrit au garde des Sceaux deux. fois en demandant officiellement « à changer de patronyme. « Ambiance. Ils reprochent aussi à Dominique Perben « d’avoir personnellement apporté son soutien, immédiat et sans réserve’ à Pierre R. L’occasion d’en remettre une couche sur le « géniteur » honni, « magistrat corrompu ayant trempé dans les magouilles les plus nauséabondes passant à sa portée.  » N’en jetez plus, la cour est pleine ! À ce stade-là, on ne parle même plus de complexe d’Œdipe puisque papa est déjà mort. Les enfants terribles insistent: « Nous n’avançons rien que nous ne puissions prouver. Cela sera fait en audience publique.  »
Voilà le topo, inextricable et vindicatif. Le procès de Mende (Lozère), qui devrait se tenir d’ici la fin de l’année, ne manquera pas de pittoresque.
Billes DEBERNARDI

 

La Justice :

Publié le 15/04/2005 09:08 | La Dépêche du Midi

Nue sur internet : le fils du juge condamné.

Le tribunal correctionnel de Mende a condamné à 4 mois de prison avec sursis Charles Louis Roche, le fils d’un haut magistrat de la cour d’appel de Nîmes (qui avait été en poste à Toulouse), pour avoir publié des photos de la seconde femme du juge nue sur internet. Sa mère et première épouse du magistrat Pierre Roche a également été condamnée à deux mois de prison avec sursis. En août 2002, sur plusieurs sites internet, une page web invitait les internautes à « jugez ceux qui vous jugent », photos à l’appui d’une jeune femme dénudée avec mention des nom, adresse et numéro de téléphone du juge. La dénonciation anonyme précisait que la nouvelle épouse du magistrat était une ancienne prostituée, ce que conteste avec vigueur Me Jean-Pierre Cabanes, son défenseur. « Ce jugement est une véritable infamie » estime Charles Louis Roche qui se dit la victime de la persécution judiciaire de son père.

Le tueur en série, accusé d’homme de main pour les basses tâches citées dans la vidéo à venir :

L’affaire Alègre est une affaire criminelle française concernant Patrice Alègre, un tueur en série français, arrêté  le 5 septembre 1997et condamné le 21 février   2002 à la réclusion criminelle à perpétuité pour cinq meurtres. Il a par la suite obtenu des non-lieu dans quatre dossiers le 3 juillet 2008.

L’affaire, à proprement parler, débute en mai 2003 par la réouverture du dossier par les gendarmes de la cellule « Homicide 31 » (cellule chargée, sous la direction de Michel Roussel de 2000 à 2003, d’enquêter sur les victimes de Patrice Alègre).

 

 

 

 

 

Un représentant de l’Etat : Au moment des faits :

En 2003, alors qu’il est président du CSA, Dominique Baudis est mis en cause dans une affaire liée au tueur en série Patrice Allègre. Il révèle publiquement cette affaire le 18 mai 2003, au journal de TF1 (vidéo). On l’accuse de proxénétisme, de viol, de meurtre et d’actes de barbarie. Il aura fallu attendre plus de deux ans et demi pour que son innocence soit reconnue par la Justice et que les instigateurs de cette campagne de diffamation soient mis en examen.

 

 

 

 

 

 

Sa présidence a été marquée par le lancement de la TNT en 2005 et la lutte contre la pornographie.

 

Le gendarme honnête : Michel Roussel

À compter du mois de septembre 2000, il a été nommé directeur d’enquête de la cellule Homicide 31 chargée d’enquêter sur certains crimes non élucidés commis dans la région toulousaine. Dans le cadre de vingt-six enquêtes placées sous sa responsabilité, les investigations menées ont permis d’imputer plusieurs viols et meurtres au tueur en série Patrice Allegre.

Après avoir été muté à la brigade de Rabastens, dans le département du Tarn, l’adjudant Michel Roussel décide en 2003 de quitter la gendarmerie pour publier peu de temps après son ouvrage Homicide 31 : Au cœur de l’affaire Alègre, l’ex-directeur d’enquêtes parle dans lequel il témoigne du sentiment de ne pas avoir pu accomplir son travail jusqu’au bout. Dans ce document, l’ex-gendarme Roussel décrit comment, une fois un certain seuil médiatique et politique atteint, une affaire peut être confisquée par un jeu de pressions hiérarchiques.

Après toute cette lecture, voici la vidéo des enfants Roche :

 

 Dossier 3 : Messes noires et snuff movies en France : Vidéo sous titré et parfois en français

Cette enquête est réalisée par des journalistes allemands depuis la France au sujet d’un réseau pédophile de dimension internationale. Enlèvements, séquestrations, maltraitance, abus sexuels, mutilations, sacrifices d’enfants…

Des centaines d’enfants disparaissent chaque année en Europe et font l’objet de tels rituels en toute impunité. Mutisme total à ce sujet côté français, ne soyez donc pas surpris que l’audio français de cette vidéo soit doublé en allemand, puis sous-titré en français pas des amateurs.

Attention, certaines images et témoignages sont particulièrement choquants, mais surtout ne pas s’abstenir de regarder cette réalité que les médias se gardent bien de divulguer.

Faites tourner.


Snuff-Movies et Messes Noires en FRANCE par JaneBurgermeister

Message personnel. Florence, ou que tu sois, si tu es parties parmi les anges, saches que chaque jour je pense à toi. Et on ne t’oublie pas, on te cherche toujours. On t’aime

Commentaires

Commentaires

gague

gague

Comments

No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write comment